Trompettiste Jazz - Alain Brunet

Date : 07/12/2009 - Catégorie : Groupe de Jazz / Blues

Cette page provient du site Artémia
Vous pouvez la visualiser à cette adresse : https://www.artemia.fr/spectacle-41-trompettiste-jazz-alain-brunet.html

Alain Brunet débute la trompette à l'âge de 10 ans. A 20 ans, il dirige un ensemble vocal et instrumental à Valence (Drôme). Il est le premier étudiant en musicologie à écrire un mémoire de maîtrise sur le jazz (Sorbonne Paris IV). Il crée, la même année, son premier orchestre professionnel, avec lequel il enregistre pour France-Musique. Il crée et dirige le grand orchestre de jazz de la Drôme, avec pour pianiste un certain Michel Petrucciani. Il participe au festival de Chateauvallon à la tête d'un quartet.

Il enregistre des émissions de radio et de télévision, et participe à la plupart des festivals de jazz en France et à l'étranger. Il enregistre son premier CD en 1991 pour Label bleu en quintet avec Denis Badault, Yves Torchinski, Francis Lassus et la participation de Didier Lockwood. Il travaille sur la musique de Serge Gainsbourg entre 1992 et 1996 avec le pianiste Olivier Hutman. Il participe aux festivals de Montréal, Toronto, La nouvelle Orléans, Newport, Varsovie, Montreux, Nice, Paris-la Villette, Rome, Ramatuelle …

Il effectue une tournée aux Etats-Unis et au Canada en mai 1995. Il fait l'objet d'un portrait en images par le réalisateur François Reichenbach et co-anime avec Eve Ruggiéri plusieurs " musiques au cœur " consacrées au jazz (antenne 2 1992-1994). Il est, depuis 1996, membre du sextet de Prince Lawsha, orchestre de la côte ouest américaine (sous contrat avec Sony music). Avec lui, il effectue son premier tour du monde musical.

Il se produit en juillet 2003 au sein du quintet de Michel Legrand au club Lionel Hampton hôtel Méridien Paris, et aux festivals de Marciac, Toronto, Porquerolles, Crest jazz vocal… Il est invité comme soliste du Paris Jazz Big band au festival de Marciac (août 2005) et ne cesse de se produire aux quatre coins du monde avec ses spectacles !

" 1936 : des fleurs et des pleurs "

1936 : Une année pas comme les autres. Une année qui a marqué l'histoire de la France, de l'Espagne et, au-delà, l'histoire de l'Europe. De ces événements qui, additionnés, font de l'année 1936 une année particulière qui influença le siècle, des joies de l'été 1936 en France aux pleurs causés par la guerre civile, conséquence de l'insurrection militaire contre le gouvernement de la République espagnole.

Les écrivains, poètes, musiciens ont, à leur manière, témoigné devant l'Histoire au cours de cette année 1936. En France comme en Espagne, le verbe du poète, les sons des musiciens ont accompagné les mouvements des peuples et contribué ainsi à perpétuer leur mémoire.

1936, des fleurs et des pleurs est un poème musical, entendons par là une narration ponctuée de chansons frivoles ou langoureuses, musique de jazz légère ou mélancolique , poèmes poignants et douloureux déclamés en langue française, espagnole et catalane. Ainsi, autour du fil rouge de l'été 1936, cohabitent musique insouciante, chansons et textes de combat, d'amour et d'espoir, de victoires et de sourire, tous écrits au cours de cette folle année pour rendre hommage à tous les poètes, romanciers, peintres, musiciens qui l'ont saluée, honorée mais qui ont parfois payé de leur vie leur engagement pour la défense de la liberté.

" Swingin' Trenet " - " La Tête dans les étoiles"

Le Quintet de jazz Alain Brunet présente un poème musical consacré aux chansons de Charles Trenet, poète et chanteur Il n'est pas paradoxal de célébrer Trenet avec des instrumentistes seuls, car la force de ses chansons réside tout autant dans la musique que dans le texte. Trenet, fut un jeune homme fasciné par les formations swing des années trente, et tout au long de sa vie, passionné par George Gershwin. Il emprunta donc au langage syncopé du jazz ses canevas rythmiques, posant ainsi les bases de la chanson moderne. Un choix de chansons de Charles Trenet a été opéré : certaines sont très connues : La Mer, Douce France, Je Chante, Un jardin extraordinaire, Le soleil a rendez-vous avec la lune, Que reste-t-il de nos amours… d'autres le sont moins : La Java du Diable, Marie-Thérèse, L'oiseau des vacances, Quand un bateau blanc…, mais toutes ont ce parfum si caractéristique de l'œuvre de Trenet.

Il s'agit, à partir de certaines de ses chansons et pas forcément les plus connues, de rendre compte d'un univers musical métissé ou le jazz et la musique de tradition européenne s'interpénètrent, s'affrontent ou s'ignorent, car, au fond, tel fut le cheminement aventureux de ces musiques au cours de ce siècle.

Le spectacle, la tête dans les étoiles, permettra de redécouvrir différemment la musique de Charles Trenet. Le chanteur-poète sera présent dans la salle par la voix et l'image, et rappellera à tous qu'il n'y a pas de beau spectacle sans poésie. L'image et la voix du poète accompagneront sa musique, pour donner au concert les allures d'un jardin musical à défricher afin, peut-être d'en faire, un nouveau jardin extraordinaire.

" Didgeridoo Project "

Le Didgeridoo project avec Alain Brunet, est né de la rencontre entre un musicien français, Alain Brunet, et Jowandi, musicien australien aborigène qui joue du didgeridoo et chante dans la tradition aborigène. Ensemble, ils ont conçu un spectacle musical qui met tout particulièrement en valeur le Didgeridoo, l'un des plus vieux instruments du monde. La musique est construite autour de lui. Il impose un spectre sonore et des parcours modaux sur lesquels les autres musiciens improvisent.

Alain Brunet et le Didgeridoo project présentent un hommage au trompettiste et compositeur Miles Davis dont la musique des décennies 1960, 1970 et 1980 révèle une très grande diversité de couleurs. Le didgeridoo cohabite au sein de la formation avec un techno sound designer qui apporte des sons inouïs et crée des espaces sonores dans lesquels s'inscrivent les improvisations de chacun. Par ailleurs, les percussions nouent des dialogues avec le batteur Manhu Roche qui fut, de nombreuses années durant, le compagnon de route en Europe de Michel Petrucciani. Cette cohabitation d'instruments particulièrement éloignés joués par des musiciens aux parcours différenciés est le moteur d'une musique au carrefour du jazz, de la techno-musique et des musiques traditionnelles, non par addition des trois mais plutôt par essai de fusion.

Alain Brunet présente en 2006 cet hommage à Miles Davis sur un nouveau CD " I remember Miles ", le troisième du Didgeridoo orchestra devenu Didgeridoo Project après le volume 1, " Rue Bleue " en 2003 et celui enregistré à Téhéran qui associe des musiciens de musique traditionnelle iranienne au Didgeridoo orchestra, en 2004.

Infos pratiques

Coordonnées

Artémia
Route
75001 PARIS

Imprimer la fiche - Fermer la fenêtre